UN JOUR, UN RÉCIT, UNE IMAGE
Histoires illustrées de confinement

Exposition du 11 juillet au 04 octobre 2020

L’Atelier-Musée du Chapeau présente une nouvelle exposition d’illustrations et de textes réalisés au cœur du confinement.

En raison de la crise sanitaire, la programmation des expositions temporaires s’est adaptée à cette situation exceptionnelle. L'exposition « Dualité » qui devait débuter en mai et le week-end festif sont reportés au printemps 2021.

Cependant, au plus près de l’actualité, l’Atelier-Musée du Chapeau, propose de découvrir une nouvelle exposition temporaire : « Un jour, un récit, une image – Histoires illustrées de confinement ». À découvrir du 11 juillet au 04 octobre 2020.

Durant le confinement, Isabelle Grange (chapelière-modiste de l’Atelier-Musée du Chapeau) a demandé à de nombreuses personnes (écrivaines ou non) d’écrire une histoire courte, pouvant être inspirée du confinement ou au contraire, faite pour s’en évader. Vingt-quatre personnes, homme-femme, de tout âge, ont répondu à cette proposition. À partir des textes, elle a créé vingt-sept illustrations. Un projet qui a tissé du lien dans une période où chacun était chez soi.


Communiqué de presse

 

Expositions temporaires précédentes

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

LA DAME AUX TROIS MILLE ÉPINGLES

Exposition jusqu’en février 2021

L’Atelier-Musée du Chapeau présente une sélection de près de 400 épingles à chapeau issues de la collection privée de Nicole Morand, résidente d’une station balnéaire sur la côte atlantique, membre du Réseau Chapeau Passion depuis 2016.

Une collection rare

En voulant nettoyer une très belle armoire normande qui servait de nichoir à poules, Nicole Morand découvre, dans l’un des tiroirs, un nid de souris et deux épingles à chapeau… Il n’en faut pas plus pour débuter une collection !

Très sensible à la beauté et à la finesse du travail réalisé sur ces deux pièces, elle en recherche d’autres dans l’idée de les agencer sous forme de bouquet. Sans jamais se lasser, Nicole Morand poursuit sa tâche en fréquentant les salons et foires à la brocante…C’est une longue histoire d’amour, à la recherche constante de la pièce rare et exceptionnelle.

Nicole Morand possède un peu plus de 3000 épingles, ainsi que des porte-épingles. Elle s’intéresse à tout ce qui traite de ce sujet : caricatures, articles de journaux, mais également chapeaux car l’association des deux est une évidence. Son plus grand plaisir est de faire partager sa passion pour cette collection au plus grand nombre.

Différents thèmes sont abordés : des épingles bijoux, certaines porte-bonheur, d’autres sur le monde animal ou végétal, mais aussi des épingles de nuit, de deuil, des épingles œuvre d’art avec des micro-mosaïques, des peintures...


Qu’est-ce qu’une épingle ?

Une épingle à chapeau est une broche, souvent décorative, qui sert à maintenir un chapeau sur la tête, en le fixant le plus souvent aux cheveux. Dans la culture occidentale, l’épingle à chapeau est presque exclusivement un accessoire féminin. Elle a connu ses heures de gloire entre 1880 et 1920. À la Belle Époque, cet accessoire devient primordial. Le chapeau, véritable jardin de fleurs ou de plumes garde son équilibre grâce à cette toute nouvelle épingle.

L’épingle disparaît dans les Années folles avec le changement de forme des chapeaux devenus moins encombrants puisqu’on portait exclusivement des chapeaux cloches qui ne nécessitaient plus d’épingles pour tenir sur la tête. 

Dans les années 1930 et de 1950 à 1965, elle est de nouveau en vogue, mais en tant qu’ornement sur le chapeau.


Les matières

Les matières utilisées pour les épingles sont nombreuses et certaines peuvent être nobles notamment au XIXème et à la Belle Epoque (début du XXème siècle) : corail et or, nacre, ivoire, pierres précieuses rehaussées d’un diamant, d’un rubis, d’une émeraude ; certaines comportent des pierres semi-précieuses comme l’améthyste ou le cristal. Il y avait aussi des épingles en émail, strass, en perle de verre…Elles peuvent être parfois dans le même matériau que les chapeaux qu’elles ornent : paille, tissu, passementerie…

Les épingles aujourd’hui

Les collectionneurs se passionnent pour cet objet ancien. Ils retrouvent en elle l’excellence du savoir-faire artisanal de la mode que ce soit les joailliers, bijoutiers, modistes.

Les « cappaspingulophiles » redoublent d’ingéniosité pour les montrer au public.


Exposition comprise avec la visite du musée, 7€ adulte et 3€ enfant dès 6 ans et réduit

Communiqué de presse